Les escapades du 1000 pattes

10 octobre 2017

Route San Pedro, désert d'Atacama et ses alentours

Le bus international nous amenant à San Pedro de Atacama au Chili nous fait passer à nouveau sur les Salinas Grandes, mais cette fois sous la lumière du matin.

Nous voyons nos premières vigognes (mélange entre biches et lamas) dont un groupe traverse la route devant notre bus. Le passage de la frontière entre l'Argentine et le Chili nous montre que les effets du régime sous la dictature de Pinochet ne se sont pas encore complètement estompés : nous avons droit à un contrôle zélé de nos papiers, avec tampons à l'appui par des fonctionnaires antipathiques, sur un fond sonore de musique hard rock. Même notre dernière pomme ne passe pas la frontière, l'importation de fruits étant totalement interdite.

La route nous mène ensuite par des paysages incroyables jusqu'à San Pedro, village andin touristique situé en bordure du désert d'Atacama, au centre d'un ensemble de "Spots" grandioses. Oui, on utilise souvent ce genre d'adjectif, mais on ne peut pas en parler autrement tant les paysages que nous avons et allons encore découvrir dépassent en beauté et en couleurs tout ce que nous connaissions jusqu'à maintenant.

IMG_01

IMG_1048

IMG_1046

IMG_1032

IMG_1016

IMG_1014

IMG_1027

IMG_1010

IMG_1006

IMG_0999

IMG_0897

IMG_0905

IMG_0941

IMG_0987

IMG_1006

 

 

 

 

 

 

Comme son nom l'indique, la vallée de la Luna, à 15 km de San Pedro, que nous parcourons en VTT et à pied pour en atteindre les sommets et les fonds des canyons nous dévoile un paysage lunaire, complètement désertique et absent de toute vie. La chaleur suffocante à l'approche de la mi-journée et le goût de sel qui se dépose sur nos lèvres nous confirment que les taches blanches, semblables à des poudrées de neige, sont bien des dépôts de sel, ce même sel que nous retrouvons jusque dans les rues de San Pedro de Atacama.

IMG_0

IMG_01

IMG_03

IMG_1056

IMG_1057

 

 

 

 

IMG_1061

IMG_1066

IMG_1074

IMG_1079

IMG_1088

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1094

IMG_1102

IMG_1109

IMG_1117

IMG_1124

IMG_1135

IMG_1139

IMG_1141

IMG_1144

Des geysers du Tatio à 4300 m, aux pieds des volcans, de la Lagune de Chaxa avec ses flamants roses, des lacs d'altitude de Miscanti et Miniques ainsi que du salar de Talar, les mots ne suffisent pas tant les paysages sont surréalistes et semblent peints par un artiste à l'imagination débordante. Les images de l'album parlent par elles-mêmes.

 

Les flamants roses que nous avons rencontrés à plus de 4000 m d'altitude nous ont émerveillés. Leur alimentation faite de micros-crevettes qui ont su s'adapter à ce milieu très salin, pêchées à longueur de journée, donne à leur pelage une couleur rose qui s'accentue avec l'âge. Lorsque les flaques d'eau gèlent durant la nuit, les flamants ont la sagesse d'attendre patiemment que le soleil les libère de la glace.

 

 

 

 

Posté par Albertvoyage à 05:48 - Commentaires [4] - Permalien [#]


09 octobre 2017

Quebrada de Humahuaca et Salinas Grandes

A peine sorti de Salta, en direction de l'extrême nord de l'Argentine, notre bus roule sur des routes poussiéreuses de terre battue. Nous traversons des bourgades sordides aux maisons de maçonnerie de briques de ciment très grossièrement jointoyées et aux toits de tôles ondulées. Nous croisons des postes de contrôle de police installés dans des roulottes, avant heureusement de nous trouver dans une nature quasi vierge de tout enlaidissement humain. Nous montons graduellement vers le village de Purmamarca, situé à 2300 m. d'altitude, à l'entrée de la splendide Quebrada de Humahuaca (vallée de Humahuaca) aux roches multicolores, à la végétation vert tendre de début de printemps austral et aux cactus géants perchés dans les rochers (on dit ici que ce sont les âmes des morts qui veillent sur les habitants de la vallée). Quel spectacle grandiose de voir cette colline aux 7 couleurs surplombant le village ! Une balade sous une lumière de fin de journée nous fait planer.

Ici, les traditions sont encore bien vivantes, notamment celles liées aux célébrations à la Vierges et des Saints. Nous avons le bonheur d'assister à deux de leurs manifestations joyeuses et colorées.

Un autre jour, un chauffeur nous hèle dans la rue pour nous amener aux Salinas Grandes, haut lac salé situé à 3100m après avoir franchi in col à plus de 4000m. Cette immense étendue de sel sous forme de croûte dure, d'une épaisseur de 30 centimètres (on peut rouler en voiture sur sa surface) et qui cache sous sa croute entre 40 à 100 cm d'eau est formée du sel continental provenant de l'activité sismique des volcans environnants. Ce sel non comestible est exploité pour des industries. Nous avons la chance de faire le voyage en fin de journée en compagnie de Leon et Janina, charmant jeune couple allemand. Nous découvrons des paysages inédits pour nous et nos yeux n'en reviennent pas. Wouah ! Quels contrastes de couleurs, avec le blanc grisé du lac salé aux pieds des montagnes déclinant tous les ocres roses et rouges plus ou moins foncés.

Posté par Albertvoyage à 01:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 octobre 2017

Salta

La ville de Salta au nord de l'Argentine nous introduit progressivement dans l'univers andin. Le mélange d'architecture avec ses bâtisses coloniales, ses bâtiments contemporains, ses "maisons" de briques, de terre rouge et de tôles dans la banlieue, son église de St-François d'allure de tourte montée de mariage dans laquelle le saint ne s'y reconnaîtrait pas ; la présence de cireurs de chaussures et d'enfants mendiants aux traits indiens déambulant dans la rue ; les voitures aux carrosseries et moteurs rafistolés : tout cela nous questionne et nous remue.

C'est aussi dans cette ville aux mille facettes que nous nous sommes retrouvés à la fin d'un repas sans devoir le payer : un habitué du lieu que nous n'avons même pas vu avait offert toutes les consommations à la bonne quinzaine de clients qui avaient mangé.

La visite du Museo de Arqueologia de Alta Montana nous a plongés au cœur de l'ère inca. Nous y avons vu des momies d'enfants retrouvées à 6 739 m, sur un volcan. Il semblerait qu'un rite inca consistait à donner en sacrifice des enfants envoyés dans la montagne, parés de beaux vêtements et emportant avec eux quelques statuettes afin d'honorer leurs "Dieux" et de créer un lien entre le ciel et la terre, les morts et les vivants.

Posté par Albertvoyage à 01:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Cordoba

Après les chutes d'Iguazu, nous voilà à nouveau dans une ambiance urbaine, Cordoba, la plus grande ville estudiantine d'Argentine fondée par les Jésuites en 1573. Avec les premiers arbres en fleurs du printemps, nous avons découvert une ville à la fois décontractée, animée et riche culturellement.

Nous avons pu visiter la plus vieille université d'Amérique du Sud avec sa bibliothèque aux livres rares et anciens qui nous ont fait remonter au temps de la conquête de l'Amérique du Sud par les Espagnols.

Par chance, nous étions là le soir du concert de l'orchestre d'harmonie de la province de Cordoba qui nous a gratifiés d'une musique de qualité emprunte de rythmes sud-américains. Impossible de ne pas faire de comparaisons avec notre chère Concordia !

Le hasard de nos balades nocturnes nous a amenés sur une grande place centrale où des danseuses et danseurs de tous niveaux nous ont transportés dans la capitale sur des airs de tangos argentins.

Mais c'est aussi à Cordoba que nous avons visité le musée de la mémoire, ancien centre de torture de la police, entre 1972 et 1982,  qui a vu passer plus de 20'000 personnes juste pour leurs idées, leurs lectures, leur mode de vie,… durant les années sombres où l'Argentine s'est trouvée sous dictature militaire.

Posté par Albertvoyage à 00:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 septembre 2017

Iguaçu Brésil / Iguazu Argentine

Deux villes très différentes, par leur langue, leurs couleurs, leur architecture, leur taille, leurs habitants. Seuls points communs : elles se prononcent de la même manière, le son "Z" étant inexistant en espagnol et elles bordent les fameuses chutes.

 

Enfin les chutes !!! Impatients comme des enfants (rien d'étonnant…), nous sommes sortis du bus avec hâte. Plein de monde, chemin à suivre en file indienne, chutes finalement pas si impressionnantes que ça... Ouf ! C'étaient juste les premières impressions. Après les avoir méritées, elles nous sont apparues de plus en plus impressionnantes, grandioses… époustouflantes ! "Ca en fait des hectolitres par seconde", aurait dit Louis.

Le côté brésilien nous offre une vue d'ensemble plus complète mais le côté argentin nous permet de les côtoyer de près, de les vivre intensément, intimement et librement par différents parcours à travers la forêt tropicale. On y a rencontré aussi divers animaux : des coatis (sortes de ratons laveurs à long nez, très curieux), des singes, des tortues, d'effrayants lézards, de gros poissons chats, de nombreux papillons au couleurs sublimes et bien sûr des oiseaux en tous genres.

 

Fatigués et comblés, nous avons rejoint notre hôtel / maison d'hôte à Puerto Iguazu où architecture locale et nature foisonnante se côtoient harmonieusement. En soirée, nous avons savouré le délicieux repas aux accents italiens dans le magnifique restaurant situé au milieu de l'ensemble hôtelier. Nous avons bavardé longuement avec la belle patronne des lieux parlant le français avec un charmant accent italien. C'est elle l'architecte qui a transformé ce lieu acheté en état d'abandon. Bref  ! Que du bonheur !

Posté par Albertvoyage à 19:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Sao-Paulo

Après la chaleur humaine des Cariocas, ce sont des gens pressés, moins enclins à vous aider ou à vous adresser la parole que nous avons rencontrés à Sao-Paulo… un peu comme dans les grandes villes européennes. Sao-Paulo, c'est environ 22'000'000 d'habitants, sa banlieue y compris. C'est le cœur économique du Brésil, le niveau de vie y est d'ailleurs deux fois plus élevé que dans le reste du pays (les prix s'en ressentent en conséquence…). Comme quoi le fric peut rendre arrogant et moins humain.

 

A part ça, c'est une ville qui captive par son grouillement de gens, son agitation et son gigantisme (de très nombreux gratte-ciel). Sao-Paulo ne manque pas de charme, ni d'attrait, en particulier culinairement et culturellement. C'est ainsi qu'on a pu voir une très chouette rétrospective sur Toulouse Lautrec, peintre impressionniste français, dans le musée des beaux arts. Bâtiment datant de 1968, d'architecture brutaliste (mouvement qui utilise les matériaux bruts) qui ne manque pas d'intérêt et d'une modernité toujours actuelle. De plus, c'était très sympa d'être sur un autre continent et d'être transportés à Paris, au siècle passé, grâce à la peinture.

Posté par Albertvoyage à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2017

Première semaine des pérégrinations d'Albert 1000 pattes en Amérique du Sud

Après une arrivée dantesque à Lisbonne avec un fort vent de face qui faisait vaciller très peureusement notre avion, nous sommes arrivés sans encombre à Rio de Janeiro. Pour une fois, nous avons bien dormi car nous avions tout prévu : tampons auriculaires, coussin pour la nuque, pull, cache-yeux…

 

Les grands classiques nous ont mis plein les mirettes : Christ du Corcovado, Pain de Sucre, Copacabana,… Mais Rio, c'est surtout une ville entre océan et forêt tropicale, pétillante de vie (humaine, animale et végétale) où les extrêmes se côtoient. Flâner dans les rues moins touristiques du centre de Rio, sur les plages et dans les jardins a été un vrai délice. Nous y avons fait des rencontres chaleureuses, amusantes et hautes en couleurs.

 

Nous avons presque provoqué une émeute dans un bus car tout le monde voulait nous expliquer quel "número do ônibus" prendre pour nous remettre sur le bon chemin car nous nous étions égarés. Finalement, c'est un taxi qui nous a ramenés à bon port.

 

Dans les restaurants du centre, nous avons dégusté quelques plats typiques avec témérité et même tenté de goûter à la fejoada (plat à base de haricots noirs et de viande de porc… très grasse…). Faisant honneur à notre hôte, nous avons mangé les quelques rares morceaux de viande sans trop de gras et les haricots plutôt bons mais bien salés. Voulant à tout pris nous faire apprécier la fejoada et voyant que nous étions rebutés par les gros morceaux de gras, le restaurateur nous apporta alors une cocotte supplémentaire avec de bons morceaux. Inutile de dire que nous n'avons pas tout mangé. Mais ! Cerise sur le gâteau, au moment de l'addition, ne voit-on pas arriver le serveur avec un doggy bag sur les bras. Salivant juste à l'odeur, ce fut finalement le chauffeur de taxi qui nous a ramené qui était tout content d'en profiter.

 

Dans les colonnes d'attente pour prendre les billets, il y avait toujours spontanément un Carioca (nom donné aux habitants de Rio) pour nous assister. C'est sur le ferry qui nous menait à Niterói (ville ne face de Rio) que nous avons rencontré Junior.  Après nous avoir donné toutes les recommandations nécessaires à notre sécurité, les échanges ont été riches et chaleureux. Peut-être le reverrons-nous en Suisse ?

 

Un Carioca plus aisé nous a pris à bord de sa voiture conduite par son chauffeur un soir que nous étions  en quête d'un restaurant bien précis. La recherche conduisant dans un restaurant n'étant plus en activité (ce n'est pas rare dans le centre ville), il nous amena alors dans un quartier très animé ou d'autres rencontres nous attendaient.

 

 

 

 

Posté par Albertvoyage à 04:29 - Commentaires [6] - Permalien [#]

31 juillet 2017

PARTIR...

Grandir, s'ouvrir au monde, le rencontrer, le voir, l'entendre, le toucher, le sentir, le goûter, le vivre. Voilà plein de bonnes raisons de partir en emportant avec nous notre vécu, les rencontres qui ont fait qui nous sommes. Sonia et Hervé

IMG_4684

 

Albert le 1000 pattes, sorti tout droit de l'école des 1000 pattes, vous fera voyager au gré de nos envies et des vents.

 

IMG_4707

 

 

 

 

 

Posté par Albertvoyage à 14:09 - Commentaires [4] - Permalien [#]